LA BASSIE DAU LOUC

          Pas bin loin d'Courcôme au bord d'un grand bois, o y'a un grou roc.  Tiau grou roc à un creux a la cime... coume une petite bassie.   O zi loghe bin une demie siée d'ève... 

Dans la contrée le l'applan " la bassie dau louc".   

D'aute-fé, o y'avait, pas bin loin, un villaghe qui s'applait "Les Couradeaux". 

La p'tite Sylvie  qui zi restait v'né souvent d'tiau coté, en ramassant daux nouzilles, daux moures ou dau bois mort. A r'gardait lé toutres et daux p'tits z'ozas qui veniants bouère a tiau creux tant o y'avait d'l'ève.O zi v'né étout lé z'abeuilles qui loghiants dans la cabourne d'un vieux châgne quétait à couté. Su tiau roc, a l'égueurnait quéques mighes de pain d'son calassion ... Tout tiau p'tit bétiau la counessait bin. A l'ombre d'une cepée d'charmilles, quand meurienne bourdounnait dans l'ère dau temps, la p'tite Sylvie r'trouvait sé amis au minme endret... 

Un tantou, qu'a révassait a l'ombre d'la charmille, assite su une souche, a vi v'ni un louc dans le routin... L'marchait su trois pattes, et l'avait l'ére de souffri tout pien.Le s'léssi cheure dans la paléne a couté d'Sylvie en s'pieignant... Y vé mourri... yé r'çut un cot d'fusil et, y vé queurver d'faim, que l'décit... y p'pu m'rabaler...  Sylvie qu'était boune drôlesse, peurnit dans son p'tit panier un boudin et un bout d'pain... Tai... qua zi décit, manghe tieu... après tétas t'coucher dans tielle rondighière... tous les jhours y t'appotré a mangher... Tu finiras bin peur gari... 

Duran trois s'mane, tous les jhours Sylvie apportait un bout d'pain et un boudin au louc. L'mangheait... après l'bouévait une lappée a la bassie.    Un tantou qu'a l'ouvrait son panier, le louc zi dicit : y sé quasiment garit ; et sé lâs d'mangher daux boudins... Sés z'oeuilles beurtilles-yans coume daux braises... l'fasait vére sés grandes dents... l'sautit a la gorghe d'la paure Sylvie... l'allait l'étranyier...  

O lé a tiau moument qu'une essan d'abeuilles a sortit dau châgne cabourne. A s'foutiyants après l'louc, zi piqui-yants l'nez et lé balots... L'décarpissit en- oulant a travers lé bouéssons. La paure Sylvie avait oyut grand pourre.  

O lé l'lend'min qu'Pied-Boc traverssait l'villaghe peur alle( métiver...  L'avait l'nez grous coume le pong, et lés balots en bords de salours... Quétout qui t'a arrivé ? ... qu'o zi décit la vieille Déline... O lé rin ... qu'le répounit ... y'é marché su un nique de yépes ...  

La p'tite Sylvie, elle s'décit qu' Pied-Boc était loup-garou et qu'o l'était li qu'avait manghé sé boudins.

D'après : "Avant que  le temps  ne l'emporte "  de    Marius Gagnère.

     Traduction.

  La Bassie du Loup

 

       Pas bien loin de Courcôme, au bord d'un grand bois, il y avait un gros rocher. Ce gros rocher avait un trou au sommet, qui avait la forme d'une petite auge. Il y tenait  bien un demi seau d'eau.

      Dans la région on l'appelle "La Bassie du Loup".

      Autres fois, il y avait, pas bien loin, un village qui s'appelait "les Couradeaux"  .

      La petite Sylvie qui y habitait, venait souvent de ce côté, en cueillant des noisettes, des mûres ou en ramassant du bois mort.

      Elle regardait les tourterelles et les petits oiseaux qui venaient boire dans ce trou tellement il y avait de l'eau.

      Il y venait aussi les abeilles qui habitaient dans le trou d'un vieux chêne juste à côté.

      Sur ce rocher, elle égrainait quelques miettes de pain de son goûter ... Tout ces petites bêtes la connaissait bien. A l'ombre d'une ceupée de charmilles, quand meurienne bourdonnait dans l'air du temps, la petite Sylvie retrouvait ses amis au même endroit... Un après-midi, alors quelle rêvassait à l'ombre de la charmille, assise sur une souche, elle vit venir un loup dans le sentier... Il marchait sur trois pattes et  avait l'air de souffrir beaucoup.

      Il se laissa tomber dans l'herbe haute à coté de Sylvie en se plaignant... Je vais mourir... j'ai reçu un coup de fusil et,  je vais crever de faim, dit-il... je ne peux plus marcher...

      Sylvie qui était une bonne fille, prit dans son panier un boudin et un morceau de pain... Tiens lui dit-elle, mange cela ... après tu iras te coucher dans cette clairière ... tous les jours je t'apporterai a manger... Tu finiras bien par guérir...

      Pendant trois semaines, tous les jours Sylvie, apportait un morceau de pain et un boudin au loup. Il mangeait... après il buvait une gorgée  à la bassie. Un après-midi qu'elle ouvrait son panier, le loup lui dit : je suis presque guéri, et las de manger du boudin... Ses yeux brillaient comme de la braise... il faisait voir ses grandes dents... il sauta à la gorge de la pauvre Sylvie... il allait l'étrangler...

      C'est à ce moment qu'un essaim d'abeilles sortit du chêne troué. Elles se mirent après le loup, lui piquant le nez et les lèvres... Il se sauva en hurlant à travers les buissons.

      La pauvre Sylvie avait eu grand peur.

      C'est le lendemain, alors que Pied-Boc traversait le village pour aller moissonner, (il avait le nez gros comme le poing, et les lèvres en bordures de saloir...)

      Qu'est-ce qui t'es arrivé ?... lui dit la vieille Deline...

      Ce n'est rien..  répondit-il... j'ai marché sur un nid de guêpes...

      La petite Sylvie, elle, compris que Pied-Boc" était le loup-garou et que c'était lui qui avait mangé ses boudins.   

 

 

Retour