LE MONARQUE

 

 

 

De ma véranda, un livre à la main je rêvasse plutôt que je lis. 

Bien calée dans ma berceuse de rotin. Le vol gracieux d'un papillon me sort de ma léthargie. 

On le nomme à juste titre le Monarque. 

Aussi léger que l'aquilon du nord, aux couleurs chatouillantes, vient se poser sur mon rosier.

 J'ai souvenance d'un conseil reçu de mon prof de secondaire à la suite de l'image d'un papillon. 

On dit du papillon, curieux,  attiré par tout ce qui brille, que sans méfiance, il se laisse brûler les ailes. 

Mon prof me souffle à l'oreille: 

Sois toujours prudente, Ne fais jamais comme ce papillon qui, par suite d'une grande curiosité, se laisse brûler les ailes sur la flamme de cette chandelle. 

Acquiers sagesse, prudence tout au long de ta vie"

 

(A. Henry)